Accès membres:

Pseudo:

Mot de passe:


Création de compte

Mot de passe perdu ?

Planche de surf bic

Kayak RTM / Kayaks Rotomod

Combinaisons de surf


Et on dit merci qui?

Partie non surf du forums... ya pas que le surf dans la vie

Modérateur: Liste des modérateurs


kimo
Achete les bieres de miti

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6894
Inscrit le: Lun Juil 28, 2003 11:00 pm
Localisation: Anglet, Bordeaux, Rochefort

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar kimo sur Sam Mai 20, 2017 10:20 am

Extrait du monde d'aujourd'hui. La méthode paraît intéressante, reste à espérer que la mise en oeuvre sera convaincante (pour l'ESR c'est moins engageant...):

Jean-Michel Blanquer : « Il nous faut dépasser le clivage gauche-droite sur l'école »

Dans un entretien au « Monde », le nouveau ministre de l'éducation nationale précise la manière dont les engagements de M. Macron vont se concrétiser, certains dès septembre. Mattea Battaglia, Aurélie Collas, Luc Cédelle

Jean-Michel Blanquer, nouveau ministre de l'éducation nationale, n'arrive pas rue de Grenelle en terrain inconnu. Celui qui dirigeait l'Essec depuis 2013 a été deux fois recteur d'académie et numéro deux de ce même ministère entre 2009 et 2012, en prenant la tête de la direction générale de l'enseignement scolaire.

Dans le premier entretien qu'il accorde à la presse écrite, il livre des précisions sur la manière dont les engagements d'Emmanuel Macron vont se concrétiser, certains dès septembre. Des précisions, aussi, sur sa méthode: il ne veut pas être un ministre «del'injonction» mais des «solutions de terrain». Les classes de douze élèves dans les zones d'éducation prioritaire (ZEP) seront bien en place à la rentrée, mais sans nécessairement supprimer le dispositif du «plus de maîtres que de classes».

Comment avez-vous rencontré le mouvement En marche!, qui vous propulse aujourd'hui à la tête de ce ministère dont vous aviez été le numéro deux sous la droite?

Emmanuel Macron m'a contacté durant la campagne. Immédiatement, j'ai été frappé par le fait que nous avions en commun un socle de principes, à commencer par le dépassement du clivage gauche-droite, un clivage qui fait plus de mal à l'école que de bien. Nous partageons aussi l'idée du pragmatisme au service du progrès et la volonté de regarder avec lucidité ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

M.Macron a promis une série de changements dès la rentrée de septembre: sur les rythmes scolaires, le collège, les classes à douze élèves en ZEP. Quelle est la priorité?

Ce sont trois réformes à court terme, mais qui prendront leur sens sur le temps du quinquennat. Je ne donnerai pas dans la verticalité, dans l'injonction. Je serai un ministre qui pousse aux solutions de terrain. Mon message aux enseignants, c'est qu'il n'y a pas de chape de plomb: qu'ils se sentent libres, qu'ils innovent, qu'ils créent...

Les classes de CP à douze élèves en REP + [réseaux d'éducation prioritaires renforcés] sont le début d'une réforme qui vise les 100% de réussite à l'issue du cours préparatoire. Dans la grande majorité des cas, nous aurons réussi ces dédoublements pour septembre. Si je n'avais qu'une priorité, ce serait celle-là: que tous les élèves de France sortent de l'école primaire en sachant lire, écrire, compter... et respecter autrui.

Certains enseignants redoutent que cette première réforme ne se fasse au prix de la suppression du «plus de maîtres que de classes», mis en place depuis 2013...

Je vous l'ai dit, nous ne voulons pas tomber dans le travers d'imposer la même façon de faire partout. Autrement dit, non, on ne va pas supprimer ce dispositif par principe à la rentrée, mais l'évaluer et, si besoin, le faire évoluer. Je n'ignore pas que dans certaines villes les dédoublements posent un problème de locaux. Si, ailleurs, le dispositif donne satisfaction, il faut être capable de l'entendre.

Il y a un travers français à tout interpréter en négatif. Réduire les effectifs des classes est une bonne nouvelle! Ce «nouvel optimisme français» qui compte beaucoup pour Emmanuel Macron, c'est précisément ce que nous voulons diffuser.

Concernant les rythmes scolaires, en laissant les communes décider, ne redoutez-vous pas de raviver un foyer à peine éteint?

Certaines municipalités se satisfont de l'organisation actuelle, d'autres voudraient probablement changer si on leur en laissait la possibilité. C'est ce chantier-là que nous engageons en2017. Lancer des concertations locales et des expérimentations - sur la base du volontariat - pour que chaque commune puisse trouver, avec les écoles, les parents d'élèves, ce qui lui paraît la meilleure organisation de la semaine.

Sur les rythmes, je crois qu'il faut se garder des certitudes. Entre la semaine d'école sur quatre jours et celle sur quatre jours et demi, aucune étude ne tranche quant à l'impact sur les résultats scolaires.

Que remettrez-vous en cause dans la réforme du collège?

Il ne vous a pas échappé que cette réforme ne fait pas l'unanimité. Certains aspects sont intéressants, à commencer par l'autonomie accrue qu'elle confère aux établissements. Mais j'ai été choqué de la suppression, de manière verticale, de dispositifs qui marchaient bien, comme les classes bilangues, les sections européennes, l'option latin. Je l'avais dit àNajat Vallaud-Belkacem [ancienne ministre de l'éducation] . Certains ont utilisé l'argument de l'égalité de manière inadéquate, en prétendant que ces dispositifs créaient de la ségrégation, alors qu'ils permettaient de rendre attractifs des collèges qui ne l'étaient pas.

Nous allons rétablir les classes bilangues. Nous allons valoriser le latin et le grec, qui sont au coeur de notre civilisation et de notre langage. Arrêtons de considérer que ces disciplines rigidifient les différences sociales; ce sont des outils de promotion pour tous.

La polémique a aussi porté sur les enseignements pratiques interdisciplinaires...

L'interdisciplinarité est très intéressante, mais doit venir des acteurs du terrain. On ne la décrète pas. C'est pourquoi nous donnerons plus de liberté aux enseignants.

Comment conciliez-vous ces évolutions avec la nécessité d'une continuité pour l'école? Vous avez d'ailleurs régulièrement critiqué les mouvements de balancier d'un gouvernement à l'autre...

Je n'exige des établissements aucun retour en arrière. Ceux qui souhaiteront rester dans le cadre actuel de la réforme du collège le pourront. Il s'agit de revenir à l'esprit initial de l'autonomie.

Ce qui prime est de préserver une cohérence pour les élèves, de faire en sorte que leur scolarité soit continue et efficace. Je suis capable de reconnaître des évolutions positives qui ont traversé les quinquennats: je pense, par exemple, à la poursuite de l'expérimentation de la «mallette des parents» [engagée à Créteil, du temps où M.Blanquer en était le recteur] mais aussi à la lutte contre le décrochage ou encore au développement du numérique.

Vous n'allez donc pas revenir sur la loi d'orientation sur l'école de 2013?

Nous n'avons absolument pas besoin d'une nouvelle loi.

La communauté éducative garde de vous l'image d'un haut fonctionnaire qui a servi sous la droite, faisant appliquer les suppressions de postes notamment. Pensez-vous pouvoir vous dégager de cette image?

Evitons les caricatures. Je me conçois, depuis toujours, comme un professeur qui est aujourd'hui honoré d'être ministre. Ma conviction est la même depuis le début: l'éducation est un vecteur de progrès humain. C'est mon fil directeur.

Votre arrivée est saluée par SOS éducation, une association très libérale qui a soutenu la candidature de François Fillon. Comment vous situez-vous par rapport à ce courant?

Nous sommes peut-être, aujourd'hui, à un moment historique où ce n'est pas seulement le clivage gauche-droite qu'il faut dépasser. Il nous faut concilier la tradition et la modernité, l'exigence et la bienveillance, réussir cette synthèse française qui, à mon sens, est la clé de tout. Pour ma part, je m'inspire de penseurs extrêmement différents, d'Edgar Morin à Régis Debray en passant par bien d'autres. Je ne pratiquerai donc jamais l'invective ni l'exclusive.

L'enseignement de l'histoire ne cesse de faire polémique. Son rôle est-il de connaître l'histoire ou de cultiver l'amour de la France?

L'amour du pays et l'enseignement de l'histoire ne se confondent pas mais sont en interaction. Ce qui est important est la structuration de l'enseignement et pour cela une approche chronologique est nécessaire, au moins jusqu'à la fin du collège. Nous allons renforcer cette dimension chronologique.

Les enfants ont besoin de points de repère historiques. Le fait de connaître les rois de France, ce n'est pas du passéisme. Que l'on apprenne ensuite que tel ou tel point est plus compliqué qu'on ne l'avait d'abord appris, c'est l'affaire de l'enseignement à l'adolescence et à l'âge adulte.

Remettrez-vous alors en chantier les programmes d'histoire?

Non, pas du tout. Il faut plutôt s'intéresser à ce qui se passe en pratique dans cet enseignement, à travers les outils pédagogiques, la formation des professeurs et les débats scientifiques que nous allons avoir. Et voir aussi ce qui se passe dans les autres pays. Pourquoi ne connaissent-ils pas nos polémiques?

D'une enquête internationale à l'autre, le diagnostic est le même: l'école française est malade de ses inégalités. Quelle place accordez-vous à ce combat-là?

C'est le premier des combats. Il faut le mener en se concentrant d'abord sur les premières années de la scolarité: cette maternelle à laquelle les enfants accèdent avec, déjà, des différences de vocabulaire très marquées. L'école maternelle doit être un bain de langage.

Vous vous référez beaucoup à l'Organisation de coopération et de développement économiques, aux neurosciences...

L'expérience, le recours à la science, les comparaisons internationales seront les trois piliers de ma méthode. Quand on regarde par-delà nos frontières, on est frappé de voir que les systèmes qui réussissent ne sont pas toujours très différents du nôtre, mais qu'ils entretiennent la confiance.

En France, il n'y a pas une nostalgie de l'école d'antan, mais une nostalgie de cette confiance en l'école. La rétablir, chez les enseignants qui doivent savoir qu'ils sont respectés, chez les élèves qui doivent avoir confiance en eux-mêmes, c'est une des réussites dont j'aimerais être fier.

Mattea Battaglia, Aurélie Collas, Luc Cédelle
..._ ........O
../......../)_)\
/(.........../ )
..\..~~.-w---------
...V^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Surf Jennifer
Surfeuse d'argent

 
Messages: 17564
Inscrit le: Jeu Mai 27, 2002 10:00
Localisation: Brest

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar Surf Jennifer sur Sam Mai 20, 2017 11:55 am

Planche de surf bic


m0rice
Doit renouveler son bail

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1568
Inscrit le: Mer Juin 25, 2014 7:19 pm

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar m0rice sur Sam Mai 20, 2017 11:55 am

La méthode paraît intéressante, reste à espérer que la mise en oeuvre sera convaincante

La mise en oeuvre c'est justement le problème....Quand il va réellement devoir faire rentrer les évolutions dans le budget....

Premiere exemple des classes de 12 en ZEP, il faudrait déjà qu'il y ai assez de prof !
Et en ce moment c'est pas la joie les concours..... Dans mon département (lot et garone non attractif) seulement 17% se sont présenté au concour ! Du jamais vue d'après la collègue maitre formateur de ma femme ! Donc si vous voulez devenir proffesseur des écoles c'est le moment ca fait longtemps que le oncours n'a pas été si "facile" !
Et si l'économie repart vraiment ca va empirer parce que je rapelle que l'ont doit maintenant avoir un bac +4 pour etre prof.....


Le-retour-du-Bruboss
DMC

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8382
Inscrit le: Mer Déc 03, 2014 12:41 pm
Localisation: Loin du buisson à Onekiss

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar Le-retour-du-Bruboss sur Sam Mai 20, 2017 3:46 pm

si je peut me permetre pour avoir travailler dans des colleges zep ( certes c'est pas la primaire ni le cp ) c'est une super bonne idée de reduire les classes, MAIS est ce qu'il va y avoir un recrutement de prof ? car sa va etre mathematique , deja qu'il manque de prof dans certains coins avec cette reforme que je trouve positive il va en manquer encore plus ..

et apres un autres problemes, ils vont construire des salles en plus ? car s'il coupe en deux juste la classe de cp, en camptant en etant gentil qu'il y a 2 cp par ecole primaire, il faudra 4 salles au lieu de deux.

et puis sa serai bien aussi de rajouter un point dans la reforme , c'est que les prof qui iront en zep ont deja une experience avec des eleves... car envoyer de jeunes diplomés en zep je suis pas sur que sa soit l'ideal non plus.


mais sinon dans l'ideal c'est une bonne idée
La foi viendra d'ell'-même ou ell' ne viendra pas - Je n'ai jamais tué, jamais violé non plus
Y a déjà quelque temps que je ne vole plus - Si l'Eternel existe, en fin de compte, il voit
Qu'je m'conduis guèr' plus mal que si j'avais la foi


guilhemlevrai
Doit travailler plus pour gagner plus

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 15518
Inscrit le: Jeu Avr 03, 2003 11:00 pm
Localisation: Hébergé

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar guilhemlevrai sur Sam Mai 20, 2017 5:17 pm

« Les gens de gauche inventent de nouvelles idées. Quand elles sont usées, les gens de droite les adoptent. »

Mark Twain à la fin du XIXe siècle.
le nombre restreint de spots est-il la limite du surf, de son buisness et de l'Aloha spirit ?
L'eau ça mouille et après, ça sèche.
Only bombs, si possible.


Swells
Hébergé par Surf4all

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1158
Inscrit le: Sam Jan 10, 2015 2:54 pm

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar Swells sur Lun Mai 22, 2017 9:17 am

Dernier grand mot à la mode sur les réseaux sociaux Chinois: "Baizuo"... (blancs de gauche), c'est devenu "viral" et une "insulte"... mais ça veut dire quoi précisément?...

https://www.opendemocracy.net/digitalib ... net-insult

(opendemocracy n'est pas un média altright... je devance, bien au contraire... ils supportaient le Keep In contre le Brexit, et sont ouvertement des penseurs pro HRC)

"If you look at any thread about Trump, Islam or immigration on a Chinese social media platform these days, it’s impossible to avoid encountering the term baizuo (白左), or literally, the ‘white left’ (...)

So what does ‘white left’ mean in the Chinese context, and what’s behind the rise of its (negative) popularity? (...)
Baizuo is used generally to describe those who “only care about topics such as immigration, minorities, LGBT and the environment” and “have no sense of real problems in the real world”; they are hypocritical humanitarians who advocate for peace and equality only to “satisfy their own feeling of moral superiority”; they are “obsessed with political correctness” to the extent that they “tolerate backwards Islamic values for the sake of multiculturalism”; they believe in the welfare state that “benefits only the idle and the free riders”; they are the “ignorant and arrogant westerners” who “pity the rest of the world and think they are saviours”."

:roll: marrant de voir des "communistes" (on va dire socialistes) s'en prendre aux "assimilés" gauche US (démocrates), comme quoi... :mrgreen:


Le-retour-du-Bruboss
DMC

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8382
Inscrit le: Mer Déc 03, 2014 12:41 pm
Localisation: Loin du buisson à Onekiss

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar Le-retour-du-Bruboss sur Lun Mai 22, 2017 9:34 am

Demain macron va discuter avec le patronat et les syndicats... sa va etre drole , un pour tous et tous pour un !
La foi viendra d'ell'-même ou ell' ne viendra pas - Je n'ai jamais tué, jamais violé non plus
Y a déjà quelque temps que je ne vole plus - Si l'Eternel existe, en fin de compte, il voit
Qu'je m'conduis guèr' plus mal que si j'avais la foi


Le-retour-du-Bruboss
DMC

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8382
Inscrit le: Mer Déc 03, 2014 12:41 pm
Localisation: Loin du buisson à Onekiss

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar Le-retour-du-Bruboss sur Lun Mai 22, 2017 9:39 am

par contre depuis les conges de pez , sa fait bisar,... maxi 3/4 post par jours, pas plus de 2 post par nuit, personnes s'indigne .. la c'est la fin des haricots
La foi viendra d'ell'-même ou ell' ne viendra pas - Je n'ai jamais tué, jamais violé non plus
Y a déjà quelque temps que je ne vole plus - Si l'Eternel existe, en fin de compte, il voit
Qu'je m'conduis guèr' plus mal que si j'avais la foi


Snoof_LTO
Doit renouveler son bail

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1848
Inscrit le: Mer Oct 14, 2015 3:11 pm

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar Snoof_LTO sur Lun Mai 22, 2017 9:45 am

Il reviendra plus fort.
Bless God, I am the LTO :lunettes:


m0rice
Doit renouveler son bail

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1568
Inscrit le: Mer Juin 25, 2014 7:19 pm

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar m0rice sur Lun Mai 22, 2017 10:26 am

ben déjà il va s'indigner sur son voyages ! Entre les brésiliens et les australiens il va avoir de quoi dire !


yoto
Achete les bieres de miti

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6841
Inscrit le: Dim Oct 05, 2003 11:00 pm

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar yoto sur Lun Mai 22, 2017 10:33 am

Il est parti alors que nous risquions d'être aux mains des rouges ou des fascistes, et il revient sous Giscard :lol:
"A défaut de désirs, on a des loisirs"

Cependant Lao Tseu disait :
[/i]
[i]"bo en meme teù^s c'est ptet le signal de se resaisir ..on a tout pour réussir, on encule l'obscurantisme, c'est à notre génération de créer une periode propice à l'émulation et non au declinisme...on peut aporter"


greenwood
Est amoureux de slyman

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3514
Inscrit le: Ven Oct 01, 2010 9:05 am

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar greenwood sur Lun Mai 22, 2017 11:06 am

yoto a écrit:Il est parti alors que nous risquions d'être aux mains des rouges ou des fascistes, et il revient sous Giscard :lol:


de toute facon il va revenir en montant une boite d'assurance pour scooters de touristes en asie, il sera donc libéral, et donc heureux de la victoire de macaron 1er


Mutley
Lave la voiture de mos29

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4171
Inscrit le: Mar Aoû 30, 2011 3:45 pm

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar Mutley sur Lun Mai 22, 2017 2:10 pm

greenwood a écrit:
yoto a écrit:Il est parti alors que nous risquions d'être aux mains des rouges ou des fascistes, et il revient sous Giscard :lol:


de toute facon il va revenir en montant une boite d'assurance pour scooters de touristes en asie, il sera donc libéral, et donc heureux de la victoire de macaron 1er

J'ai le slogan: "vous avez aimé les bus Macron? Vous adorerez les scoot Pezron"
"Life is a tale told by an idiot, full sound and fury, signifying nothing" William Shakespeare
"Quand est-ce qu'on mange?" Averell Dalton


pezronf
Même pas mal, le ridicule ne tue pas.

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 57914
Inscrit le: Sam Jan 06, 2007 12:00 am
Localisation: bayonne

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar pezronf sur Lun Mai 22, 2017 4:16 pm

Snoof_LTO a écrit:Il reviendra plus fort.

j'ai reviendé


pezronf
Même pas mal, le ridicule ne tue pas.

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 57914
Inscrit le: Sam Jan 06, 2007 12:00 am
Localisation: bayonne

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar pezronf sur Lun Mai 22, 2017 4:17 pm

greenwood a écrit:
yoto a écrit:Il est parti alors que nous risquions d'être aux mains des rouges ou des fascistes, et il revient sous Giscard :lol:


de toute facon il va revenir en montant une boite d'assurance pour scooters de touristes en asie, il sera donc libéral, et donc heureux de la victoire de macaron 1er

8O non mais il m'est arrivé une histoire de barjot avec mon scoot...surréaliste


greenwood
Est amoureux de slyman

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3514
Inscrit le: Ven Oct 01, 2010 9:05 am

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar greenwood sur Lun Mai 22, 2017 4:31 pm

pezronf a écrit:
greenwood a écrit:
yoto a écrit:Il est parti alors que nous risquions d'être aux mains des rouges ou des fascistes, et il revient sous Giscard :lol:


de toute facon il va revenir en montant une boite d'assurance pour scooters de touristes en asie, il sera donc libéral, et donc heureux de la victoire de macaron 1er

8O non mais il m'est arrivé une histoire de barjot avec mon scoot...surréaliste


seulement une ?

:popcorn:


Le-retour-du-Bruboss
DMC

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8382
Inscrit le: Mer Déc 03, 2014 12:41 pm
Localisation: Loin du buisson à Onekiss

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar Le-retour-du-Bruboss sur Lun Mai 22, 2017 4:51 pm

allez on se prepare , va y avoir de l'indignation par series !!!!

en plus demain macron discute avec les syndicats et les grands patrons pour la loi travail...
La foi viendra d'ell'-même ou ell' ne viendra pas - Je n'ai jamais tué, jamais violé non plus
Y a déjà quelque temps que je ne vole plus - Si l'Eternel existe, en fin de compte, il voit
Qu'je m'conduis guèr' plus mal que si j'avais la foi


koro
habite avec chokapik

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3196
Inscrit le: Lun Sep 24, 2012 1:59 pm
Localisation: pink city

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar koro sur Lun Mai 22, 2017 9:57 pm

pezronf a écrit:
Snoof_LTO a écrit:Il reviendra plus fort.

j'ai reviendé


Déjà??
Tu dois être épuisé par le décalage horaire, à peine 2 petits posts facebook 8O

:mrgreen:


pezronf
Même pas mal, le ridicule ne tue pas.

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 57914
Inscrit le: Sam Jan 06, 2007 12:00 am
Localisation: bayonne

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar pezronf sur Mar Mai 23, 2017 9:46 am

Image cette fameuse classe à la française m'avait manqué! bravo nadine!

"A droite toujours, le député du Rhône Georges Fenech, par ailleurs président de la commission d'enquête sur les attentats du 13 novembre, a lui aussi été prompt à réagir... pour se moquer des premières lois voulues par Emmanuel Macron. "L'urgence du premier gouvernement d'Emmanuel Macron est-elle une 13e loi de moralisation de la vie publique depuis 1988 ou la lutte [contre le terrorisme]", a-t-il publié sur Twitter, allusion à l'une des premières lois voulues par Emmanuel Macron sur la moralisation de la vie publique." <3


pezronf
Même pas mal, le ridicule ne tue pas.

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 57914
Inscrit le: Sam Jan 06, 2007 12:00 am
Localisation: bayonne

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar pezronf sur Mar Mai 23, 2017 11:08 am

Image putain les rats sans limites


pezronf
Même pas mal, le ridicule ne tue pas.

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 57914
Inscrit le: Sam Jan 06, 2007 12:00 am
Localisation: bayonne

Re: Et on dit merci qui?

Messagepar pezronf sur Mar Mai 23, 2017 11:50 am

http://www.latribune.fr/vos-finances/im ... 1495435595 ça peut etre super interessant pour une reconversion

                                                       

Retourner vers Le cabaret

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Yahoo [Bot] et 13 invités

 
Web site engine's code is Copyright © 2007 by PHP-Nuke. All Rights Reserved. PHP-Nuke is Free Software released under GNU/GPL.
Dclaration CNIL: 1088896